Un extincteur est un dispositif qui sert à éteindre le feu. En fait, son rôle consiste à projeter un produit contenant un agent extincteur sur la flamme. Son utilisation au départ du feu pourrait éliminer bien de dangers. En effet, l’extincteur constitue une meilleure arme contre les incendies. La question se pose dans ce cas : faut-il en avoir un chez soi ? Si oui, comment effectuer son installation ?

Zoom sur les règlements

L’installation d’un extincteur dans les logements n’est pas obligatoire en France. Toutefois, sa présence s’avère être nécessaire. Ce dispositif peut renforcer la sécurité d’un habitat puisqu’il permet d’éteindre une flamme et de prévenir le déclenchement d’un incendie majeur. En fait, l’extincteur vient compléter le rôle de protection assumé par le détecteur et avertisseur autonome de fumée (DAAF) dont la pose est rendue obligatoire depuis le 8 mars 2015.

Ce n’est pas le cas pour les locaux professionnels. En effet, selon le Code du travail, il faut installer au moins un extincteur portatif à eau de 6 litres pour chaque 200m² de plancher. Dans le cas où le risque d’incendie est optimal, c’est le cas dans les bâtiments du type industriel, un extincteur pour chaque 150m² est obligatoire. Les dirigeants d’entreprises sont tenus de réaliser une prise de mesure et de délimiter chaque surface de 200 m² ou 150 m² afin de déterminer le nombre d’extincteurs à installer.

Le choix de l’extincteur

Un large choix d’extincteurs est disponible sur le marché. Les dispositifs se différencient au niveau de la taille et du design. Pour les particuliers, les modèles portatifs légers et faciles à manier sont à privilégier. Ainsi, en cas de déclenchement d’incendie, ils peuvent arrêter rapidement le feu. En revanche, les extincteurs mobiles à roulettes ou à déclenchement automatique sont les plus recommandés pour les entreprises vu que la capacité de contenance des dispositifs est assez élevée.

Notons aussi que le type d’agent extincteur qui compose chaque dispositif diffère. Il peut être de l’eau, du dioxyde de carbone, de la poudre chimique ou encore de la mousse. En somme, il y a des produits qui permettent d’éteindre les feux secs, gras et le gaz. Lors de l’achat d’un extincteur, il y a une chose à garder en tête : il s’agit d’un outil d’extinction de feu. Son efficacité est donc indispensable. Pour bénéficier d’une protection optimale, il est recommandé d’opter pour des extincteurs conformes à la norme NF EN3 et dotés d’un marquage CE. En outre, le mode d’utilisation doit figurer sur le contenant.

Un tour sur l’installation d’un extincteur

Pour commencer, un extincteur doit se trouver à proximité d’un endroit où se trouvent différentes sources d’incendie. Dans les locaux professionnels, le dispositif est à placer à proximité de l’atelier ou bien d’une machinerie. Dans les habitations, il trouvera place près de la cuisine ou du garage. Il faut en revanche l’éloigner d’une source de chaleur. Ainsi le poser près d’un appareil de cuisson est une mauvaise idée. Si possible, il faut également installer un extincteur dans les lieux de passage comme les couloirs et les halls.

Dans tous les cas, le dispositif doit être bien visible et facile à atteindre. Il est même recommandé d’installer une signalisation d’extincteur. Après avoir bien choisi son emplacement, il est temps de parler de son montage. Sachez qu’il est interdit de poser un extincteur par terre. Il faut le fixer sur un poteau ou du mur solide à environ 1,50 m du sol. Le mieux est de le placer dans un coffret afin qu’il soit à l’abri de l’eau et de la poussière.

Conseils d’entretien

L’extincteur est à considérer comme un dispositif de sécurité. Il faut donc l’entretenir afin qu’il conserve son efficacité. En général, un coup de chiffon humide suffit pour le remettre à neuf. Il est également nécessaire de vérifier le manomètre de pression tous les 3 ou 4 mois. Il faut s’assurer que l’aiguille reste toujours dans la zone verte et que la goupille soit toujours présente.

Pour les dispositifs installés dans les locaux professionnels, un entretien annuel réalisé par un expert est recommandé. Ce dernier va mener un contrôle rigoureux. Il va ensuite délivrer une attestation indiquant la dernière date de maintenance. Il faut bien la conserver car en cas de sinistre, elle doit être présentée à l’assureur.