La norme en matière de sécurité incendie oblige la mise en place d’un ou plusieurs détecteurs de fumée. Par ailleurs, le dispositif doit être installé correctement.

Un détecteur de fumée est un équipement de sécurité qui repère et signale la présence de fumée ou de particules de vapeur dans l’air. Le dispositif est souvent confondu avec le détecteur de monoxyde de carbone. Les deux appareils sont pourtant différents. Le détecteur et avertisseur autonome de fumée (DAAF) réagit à la fumée, cela n’est pas le cas d’un détecteur de monoxyde de carbone. Le deuxième appareil sert pour la détection de gaz toxique, notamment avec une importante concentration en monoxyde de carbone. Le DAAF est ainsi un dispositif électronique comportant une partie détection et une alarme. Cette dernière lance une alerte sonore quand l’appareil détecte un début d’incendie ou de combustion. Ce matériel de sécurité fonctionne avec des piles électriques. Un signal sonore indique d’ailleurs quand les piles doivent être remplacées. À noter que l’alarme sonore et le signal pour les piles usagées sont différents.

Aujourd’hui, des constructeurs proposes des boîtiers combinant DAAF et détecteur de monoxyde de carbone. Ces modèles – en plus de détecter la fumée d’un début de combustion ou d’incendie – réagissent aussi aux gaz toxiques. Cependant, l’utilisation de ce type d’appareil n’est pas recommandée. La mise en place d’un détecteur de fumée ne s’improvise. Le dispositif requiert en effet un emplacement stratégique afin d’éviter les déclenchements accidentels. Ce principe tient aussi pour le détecteur de monoxyde de carbone. Un DAAF détecteur de monoxyde de carbone ne fera donc que compliquer votre quotidien. Déterminer l’emplacement idéal pour la version hybride est quasiment impossible.

Pose d’un détecteur de fumée

La pose d’un détecteur de fumée n’est pas une opération complexe. Le gros du travail consiste à trouver le bon emplacement. Vous ne devez pas installer le dispositif dans une pièce humide, notamment une salle d’eau. La mise en place à proximité de corps dégageant de la chaleur ne se fait pas. Les appareils – comme un téléviseur, un radiateur, un ordinateur de bureau, une cheminée ou un halogène – peuvent provoquer un dysfonctionnement. Une distance de sécurité d’au moins 3 mètres est ainsi indispensable. Le détecteur de fumée se monte au centre du plafond dans des pièces telles qu’une chambre, le salon ou la salle à manger. Le bricolage peut commencer après avoir déterminé l’emplacement idéal. À noter que le montage est à la portée de tout le monde. Les DAAF sont fournis avec des accessoires de fixation. Ces derniers sont souvent des corps à visser. D’abord, vous marquez au crayon les points pour les trous. Vous réalisez le perçage, puis la pose du support avec les vis et les chevilles. Vous mettez en place la pile – alcaline ou au lithium – avant de monter le détecteur. Le montage s’effectue en tournant le matériel dans le sens des aiguilles d’une horloge.

Poser soi-même le détecteur de fumée permet de réaliser des économies. Cependant, solliciter un professionnel est recommandé – surtout si vous n’êtes pas certain de ce que vous faites. Aussi, il est important de n’acheter que les appareils conformes aux normes en vigueur.